facebook

 

 

 

News
     Actualités

Arnaud Tortel



Dieulefit, 5 novembre 2011

C'était sans compter les aléas !

Bonjour à tous,
Les préparatifs de l'expédition battent leur plein et toutes les bonnes volontés sont là pour avancer afin d'être prêt mi-janvier.
C'était sans compter les aléas !
Je suis tombé dans un pierrier lors d'un entraînement. Une fois les muscles « refroidis », il m'était impossible de marcher. Face à l'ampleur des douleurs dans le bas du dos et aux irradiations dans la jambe gauche ; un ami médecin m'a prescrit une IRM en urgence, après m'avoir soulagé en pratiquant plusieurs injections.
L'examen radiologique (IRM) confirme des protrusions discales avec un écrasement des disques.
Aucun médecin ne me laisse entrevoir une quelconque amélioration avant six mois.

Aujourd'hui, je marche normalement et vaque à mes occupations quotidiennes, mais je ne peux me baisser correctement, impossible de courir et encore moins de tracter ma pulka d'entraînement. Le pire est certainement la position assise jambe tendue (celle que je devrais adopter dans le kayak).

Toute l'équipe « Nouvelle Terre » s'est réunie en urgence. Ensemble, nous avons pris la décision de reporter l'expédition de 2 ans.
Pour l'instant, je continue à honorer les conférences sur lesquelles je suis engagé.

Je suis très déçu, mais loin d'être abattu !


Bien à vous tous.

Arnaud

Arnaud Tortel Spitsberg


Dieulefit, 17 septembre 2011

L'expédition Nouvelle Terre évolue !

Après une étude approfondie des glaces et des mouvements océaniques, après la confirmation de l'excellence du nouveau matériel testé cet hiver au Spitzberg, et suite à la mise en place d'un partenariat avec une société de logistique aérienne canadienne,
j'ai décidé de repousser les limites en m'engageant dans la plus grande expédition polaire jamais tentée :

Départ de Point Barrow au nord de l'Alaska par 71° de latitude Nord, au lieu de partir de Resolute Bay au nord du Canada par 75° nord comme initialement prévu.
Il faut compter 2000 kms pour atteindre le Pôle Nord et 1000 kms de plus pour le Spitzberg; soit 150 jours de marche dans le chaos de la banquise. Une charge de 150 kg, un traineau et surtout un kayak afin de franchir les voies d'eau qui jalonnent le parcours dès le départ.

Un mois de nuit, un mois de pénombre et trois mois de soleil continu.

Face à un tel défi, l'appui aérien en cas de problème est important. Pourtant, les distances, la nuit et les hautes températures du mois de juin rendent plus de la moitié du parcours hors zone d'accessibilité aérienne.

S'il reste une première mondiale à faire ; c'est celle-la !

Un engagement que j'ai décidé d'affronter seul afin de vivre ces longs mois d'introspection, face caméra.

Arnaud Tortel Spitsberg

 

Arnaud Tortel Spitsberg
Arnaud tortel

Claude monte
Claude montel

Frank Lao
Frank Lao

 


Longyearbyen, 3 avril 2011

Arnaud, Claude et Franck sont rentrés sur Longyearbyen après plusieurs jours sans nouvelle, car leur téléphone satellite montrait des signes de faiblesse, passé la barre des -35°C. Aussi, ont-ils choisi la prudence en n'appelant plus, préférant garder les batteries au cas où. 
Ils rentrent très heureux de leurs quelques jours partagés sur les terres glacées du Svalbard, entre les rennes, les phoques, les traces d'ours et les panoramas somptueux découverts de fjords en vallées.

 

 

Après les tests durant l'expédition nocturne en solitaire du début du mois, me revoilà parti il y a deux semaines, avec Claude Montel (voir l'équipe) et notre ami Franck Lao (moniteur de ski, escalade, parapente) deux montagnards chevronnés. Après avoir essuyé un coup de vent, puis une tempête qui nous a cloué plusieurs jours sous la tente, nous avons pu traverser les vallées pour atteindre enfin les fjords gelés où les grands vents avaient fortement disloqué la banquise, nous empêchant de véritablement cheminer dessus.  Le froid est resté constamment aux alentours des -25°c avec des journées à -35°C ce qui nous a permis de tester l'ensemble du matériel amené pour l'occasion. 
Seul petit "bug", soit nous avons frôlé les 80 kms/h de vent, soit "pétole", ce qui nous a laissé que peu de possibilités pour tester les voiles de kite skis. 

Tests entièrement positifs, qui me permettent d'envisager sereinement la traversée prévue pour l'an prochain. Encore quelques réglages au niveau matériel et surtout il reste des sponsors et des mécènes à trouver ! L'aventure continue ...

A.Tortel

 

L''Arctique a tenu ses promesses, un froid mordant, des lumières incroyables, une tempête, des paysages magnifiques, des conditions parfaites pour préparer l'expédition "nouvelle terre".
Nous avons ramené dans nos bagages de très belles images, des souvenirs inoubliables, quelques gelures et bien sûr, plein d'idées pour la prochaine expé.
Il nous reste quelques améliorations à apporter au matériel et surtout une grosse préparation physique. Alors quelques jours de repos et je commence l'entraînement.

C'est au coeur de cet environnement que j'ai pris conscience de l'ampleur du projet d'Arnaud, les températures pourront descendre au-dessous de -50°C, la nuit permanente durant plus d'un mois, la solitude.
Pour moi, cette dernière contrainte me semble la plus difficile à gérer. A trois, nous avons pu affronter des conditions difficiles dans la bonne humeur, partager fou-rires, parties de dés (ils ont triché !) et discussions (je n'ai pas tout compris), seul, tout sera bien plus compliqué !
Arnaud est un "polaire", il évolue dans cet environnement sans jamais lutter, il est dans son élément. Quand Claude et moi étions en "mode survie", lui vivait, tout simplement. Il est très certainement le seul homme actuellement à pouvoir réaliser cette traversée historique.

Claude Montel

Arnaud Tortel Spitsberg

Arnaud Tortel Spitsberg

 


Storfjorden, Sveagruba, 29 mars 2011

3 jours de tempête ont fracassé la banquise. Des vents de 40 Km/h en continue, qui accélèrent en puissantes rafales à plus de 60 km/h en descendant des glaciers. Impossible de continuer à avancer d'autant que nous progressons face au vent. Contrairement au premier blizzard affronté seul il y a 10 jours dans la zone Ouest du Svalbard, d'une brutalité impressionnante et qui envoyait des rafales à 120 Km/h, le souffle est moins puissant, mais cette fois-ci la température est beaucoup plus basse : -29°c, -30°c sous abri. Avec ce qu'on appelle le "windchill factor", cela donne des températures ressenties de l'ordre de -50°c.
Dans ces conditions, je commence à pouvoir utiliser à bon escient mon double duvet : Un petit sac dans un grand sac, fabriqué l'un comme l'autre en bio céramique, et donc, si je puis dire, auto-chauffant. C'est très agréable de pouvoir compter sur du matériel aussi performant. C'est une grande première. J'engrange les informations à ramener à toutes les équipes qui travaillent à créer cet équipement.
Nous sommes bloqués sous tente, en attendant une fenêtre météo, qui devrait venir de l'Est. La base-arrière à Longyearbyen nous informe que ce blizzard devrait tomber dans les prochaines 24 H, emportant avec lui ce jour blanc tourbillonnant, et voir réapparaître un franc soleil. Le froid lui ne nous quittera pas.
Une école de la patience! On se croirait dans le tambour d'une machine à laver. Au programme, dans les sifflements incessants du vent et claquements de la toile de tente, lecture, des discussions interminables avec mes 2 compagnons d'aventure, qui parfois nous entraînent loin de la banquise et petite réparation du matériel qui souffre dans ces conditions. Malgré l'attente et l'immobilisme, nous gardons un excellent moral.
Je pense à tout l'imaginaire qui m'accompagnera inévitablement quand je serai seul sur l'océan arctique pris dans la tempête... de nuit. Ne pas trop gamberger. Mon pire ennemi, à ce moment-là, ça peut être moi.

A.Tortel


Storfjorden, 24 mars 2011

Depuis plusieurs jours, j'ai quitté la côte Ouest et la zone d'environ 200 kms alentours de Longyearbyen. J'ai laissé dans mon sillage Templefjord, accompagné de Claude Montel et de Franck Lao, venus me rejoindre pour qu'on teste les voiles de Kyte. Nous nous trouvons près de la côte Est, sur le Storfjorden, dans la zone du parc National où nous rencontrons une solide banquise, mais peu de crêtes de compression. Hier, je me suis fait une légère gelure à l'oreille, j'avais trop chaud et j'ai marché longuement sans bonnet ni protection. Mes vêtements en biocéramique sont vraiment exceptionnellement chaud. On est encore loin des températures que je rencontrerai en début d'expédition en février au Nunavut entre la base d'Eurêka et le cap Bourne : -50°c, peut-être -60°c. Mais pour la première fois depuis toutes ces années passées dans l'Arctique, je sens véritablement la chaleur se propager à travers mes habits, et ça, c'est vraiment étonnant! Je vais devoir faire quelques ajustements. Je m'aperçois qu'il me manque notamment des poches pour le petit matériel qu'il faut tout le temps avoir à porté de main, GPS, batteries, etc.

Petit à petit, la nuit laisse doucement place au jour. En une semaine, c'en est quasiment fini de cette nuit d'encre, le ciel semble éclairé d'un clair-obscur de lumière bleue pâle. La nuit astronomique laisse place à la nuit nautique. Ce sera bientôt le jour continue, la bascule se fait vite à ces latitudes.
Heureusement après tous ces jours de neige, brouillard, blizzard, et même de pluie - c'est dire si le temps était devenu fou - la glace craque à nouveau sous les skis avec ce son si particulier de polystyrène, dû au grand froid. La température est bien redescendue. Quelques traces d'ours croisent notre route. Une femelle et deux petits. Le pistolet à fusée d'alarme est à porté de main à l'avant du traîneau. Cette nuit -28°c. Le vent souffle du N.E à 5 m/s. Au loin, les ciels d'eau (très sombre) nous renseignent sur de grandes zones d'eau libre!

A bientôt!

A.Tortel


Longyearbyen, 17 mars 2011

Après les premiers tests de mes différents équipements dans de bonnes conditions de froid par -35°c sur les sommets alentours (Tromfjellet et Badjellet, 2 glaciers à environ 1000 m d'altitude), je suis pleinement satisfait de l'ensemble du matériel. 
Mes vêtements en biocéramique conçus par Salomon sont très efficaces, pour une légèreté jamais atteinte en vêtements polaires. 
la Biocéramique incluse également dans les gants fait sur mesure par Rostaing, amène un confort aux mains que je n'ai jamais connus par ces basses températures. 
Mes nuits (je dors la journée) sont de tout repos, dans le duvet Lestra Biocéramique of course ! J'attends d'y passer encore du temps pour pouvoir vous en parler en détails. 
   
Depuis l'arrivée de Thierry Robert, lundi, pour le tournage d'un sujet pour le magazine ADN sur France 2, ainsi qu'une bande annonce de notre projet long-métrage, nous ne nous attendions pas à ce que les températures remontent à ce point ; elles frôlent les -5°C, car le ciel est plombé et nous enchaînons les tempêtes de neige, les unes après les autres ! Du coup, Thierry a de grosses difficultés à sortir la caméra dans ces conditions météo pas évidentes. Le matériel souffre de l'humidité. On fait avec !
Nous attendons une fenêtre météo qui devrait démarrer cette nuit à minuit, pour nous permettre de pouvoir avancer plus avant sur Tempelfjord ou la glace de mer commence à craquer.
Les lampes Petzl sont de loin les meilleures jamais testées. Faible consommation pour une luminosité hors du commun. Vissées sur ma tête et sur mon plastron, je commence à m'habituer à vivre avec cette indispensable faisceau de lumière. 
Marcher de nuit demande une présence de chaque instant ; s'adapter aux changements de terrain, garder le cap et toujours surveiller l'ours ! 

Hier soir en pleine nuit dans un passage de cassures de glace, en pleine tempête de neige, je réalisais que ma visibilité ne dépassait pas 5 m. Imaginez vos pleins phares en voiture dans le brouillard, cela réduit mon champ de vision a presque rien ; drôle de sensation!

C'est parti! Et ça fait plaisir à travers ces tests et cet entraînement de pouvoir se dire que l'expédition se met véritablement en place !

A très vite 

A.Tortel

 

Arnaud Tortel

arctica-france


4 mars 2011

L'aventure commence dès MARS 2011 avec un repérage et des tests de tous les matériels High Tech que va utiliser Arnaud. Un sujet de 7 à 10 minutes sera tourné à cette occasion, puis diffusé dans le cadre du magazine ADN sur France 2
Photos dispo en temps réel à partir du 15 mars.

En attendant les news de l'entrainement d'Arnaud et son tournage avec le réalisateur Thierry Robert ainsi que les préparatifs de l'expédition : replongez vous dans les archives du blog d'Arnaud Tortel lors de l'expédition Pôle Nord Géographique - Groenland avec Charles Hedrich en 2009...

Et revivez les grandes heures des expéditions d'Arnaud Tortel via le site : arctica-france

 


© Arnaud Tortel Expéditions - Nouvelle Terre - Expéditions polaire Alaska - Pôle Nord - Spitsberg
Contact : arnaud@arnaudtortel.com / Webmaster Vonne Blanchet
facebook